Return to site

Où en est la coopération décentralisée dans les Yvelines ?

Marie-Hélène Aubert, Vice-présidente du Conseil départemental a présenté lors de la commission permanente du 8 juillet 2016, sept accords de coopération décentralisée arrivant à échéance avec six pays (Liban, Bénin, Congo, Togo, Sénégal, Mali), en précisant que ces renouvellements seraient calés sur la durée des mandats locaux des pays afin de faciliter le travail.

Le principe de ces coopérations vise à renforcer les institutions locales (communes, départements ou intercommunalités), pour leur permettre de prendre en main leur stratégie de développement, conduire leurs projets et les financer.

Cette politique de développement, permet de les accompagner, de leur apporter un savoir-faire, un appui institutionnel, de les aider à se construire et ainsi favoriser l’émergence de la démocratie.

  • Groupement Intercommunal du Mono au Bénin

C’est une préfiguration d’EPCI, composé de 6 communes d’un total de 450 000 habitants.

C’est une coopération initiée en 2008, qui s’est articulée essentiellement autour de l’accès à l’assainissement dans les écoles et quartiers défavorisés, et la gestion des déchets.

Le bilan est très positif, tant dans l’émergence d’une vraie compétence des élus, des capacités de l’administration que des résultats pour la population. La gestion des fonds est rigoureuse et transparente.

Les enjeux des prochaines années vont concerner la consolidation des ressources communales, en mettant en lice un système de TEOM, et de taxe foncière, la poursuite en matière de déchets et la valorisation économique en matière de tourisme.

→ Cette coopération a été reconduite pour 5 ans en s’alignant sur le mandat des nouveaux maires

  • Département de la Cuvette au Congo

Le département de la Cuvette est peuplé de 160 000 habitants.

Cette coopération date de 2009 et s’est orientée sur la maintenance du patrimoine public, (voirie et un centre de santé). Comme cette coopération fonctionnait bien, en 2013 un nouvel axe, concernant les jeunes (50% de la population a moins de 15 ans) dans le domaine de l’éducation et de l’orientation professionnelle a été développé, et une ONG locale a même été créée.

Depuis 2014, la situation s’est dégradée pour deux raisons : les élections locales toujours en attente, avec des budgets aux collectivités gelés par le ministère de l’Intérieur, et la situation économique catastrophique du pays en raison de la baisse du pétrole. L’ONG locale n’est donc plus payée et plus rien ne se réalise.

→ Cette coopération est donc suspendue en attendant de voir comment les choses évolueront.

  • Fédération du Kesrouan-Ftouh au Liban

C’est une fédération de 52 communes, d’une population d’environ 200 000 habitants, avec un territoire ressemblant beaucoup à celui des Yvelines, géographiquement.

Cette coopération a été initiée en 2009 et portait sur des projets touristiques et de préservation des zones naturelles, dans un but de développement économique et d’aménagement du territoire.

Les Yvelines ont aidé à la réalisation d’une maison régionale du tourisme, développé des sentiers de randonnée et la restauration du patrimoine local.

Des chantiers jeunes ont eu lieu sur place en lien avec les services d’action sociale du Département. Le bilan est très positif malgré un contexte local compliqué (déliquescence des infrastructures et des services publics, crise syrienne, crise des déchets …). Des élections locales viennent tout juste d’avoir lieu au Liban.

→ Cette coopération est donc prolongée d’un an afin de voir comment va se positionner la nouvelle équipe.

  • Cercles de Kadiolo et Kolokani au Mali

Deux accords ont été conclus en 2012, sur des territoires respectivement de 240 000 et 300 000 habitants.

Ce choix découlait de l’implication depuis de nombreuses années de communes et associations yvelinoises sur ces territoires (dont Viroflay) :

Avec Kadiolo : politiques en faveur de la jeunesse (éducation, santé) ;

Avec Kolokani : travail sur les problématiques agricoles.

Du fait de la guerre, il est impossible de se rendre sur zone, malgré des débuts de projets très prometteurs.
→ Cette coopération est donc maintenue pour 2 ans en attendant des élections locales annoncées pour cette année.

  • Préfecture des Lacs au Togo

Il s’agit d’un territoire de 215 000 habitants, avec une coopération démarrée en 2007, sur le thème de la mise en place d’un réseau de lecture publique avec 5 bibliothèques, en partenariat avec l’Institut français de Lomé et la Bibliothèque Départementale des Yvelines.

Une fois le projet réalisé il était prévu que la Préfecture assure le financement du fonctionnement, mais cela n’a pas été le cas. Le Réseau a donc été dissout et chaque bibliothèque continue de vivre du mieux qu’elle peut.

→ Les résultats n’ayant pas été atteints en matière de renforcement des institutions locales, cette convention avec la Préfecture des Lacs n’est donc pas renouvelée.

  • Préfecture de Blitta au Togo

C’est un territoire très rural au centre du Togo, de 140 000 habitants, considéré comme le grenier du Togo, avec une coopération démarrée en 2007.

Des actions en matière de santé ont été menées, puis la coopération s’est tournée vers le développement de l’agriculture villageoise en s’appuyant sur une ONG excessivement compétente dans ce domaine.

Cela a permis de d’améliorer les pratiques et de doubler les rendements de production, de créer des coopératives villageoises structurées, de mettre en place une filière de commercialisation avec des prix garantis pour les paysans, de leur permettre d’accéder au micro crédits, et de créer des infrastructures communes de stockage.

Une étude d’impact (en 2013) a montré que les paysans avaient augmenté leurs revenus de plus de 50%, sortant ainsi de la précarité.

→ Le bilan étant positif pour les populations, la coopération est prolongée d’un an afin d’achever le programme en cours et d’examiner les opportunités pour 2016

  • Commune d’ANEHO au Togo

C’est une ancienne capitale du Togo, peuplée de 25 000 habitants (50% de moins de 15 ans), frontalière avec le Bénin sur le littoral, avec une coopération initiée en 2007, avec 2 projets phares : un lycée technique et un service d’assainissement.

Les projets sont reconnus comme exemplaires.

Le lycée a ouvert en septembre 2013 avec 170 élèves dans 2 filières maintenance en informatique et électrotechnique. C’est un modèle de partenariats multiples :

Avec le lycée Jules Ferry de Versailles (formation des enseignants, matériel, et suivi pédagogique) ;

Avec les BRSA (chantier de 6 mois pour construire le Lycée sur place) ;

Avec les entreprises de Lomé ;

Avec des associations yvelinoises.
Le bilan est excessivement satisfaisant car maire est très dynamique, enthousiaste et compétent ce qui a permis l’émergence d’une administration efficace dans la gestion des projets logistique et financière. Les enjeux futurs sont donc l’extension du projet d’assainissement, la gestion des déchets, et l’amélioration des ressources locales.

→ Au regard de ces résultats, cet accord est renouvelé pour une durée de 5 ans.

Sur les 9 dernières années, la moyenne des dépenses en faveur de toutes les actions de coopérations décentralisées ne représente que 1,16 € net par habitant et par an.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly